shutterstock_41709085

 

C’est bien connu les jeux vidéos ont une mauvais réputation : agressivité, asociabilité ou comportements fantasmagoriques, jusqu’ici pour les chercheurs, les jeux vidéos ne pouvaient être que néfastes pour le développement personnel. Néanmoins , d’après une nouvelle étude britannique, les jeux vidéos n’auraient pas que des mauvais côtés et pouvaient ainsi soulager la douleur dans des situations de stress ou inhabituelles.

 

Exemple avec des tests effectués sur deux groupes de jeux vidéos, l’un étant exposé à des images violentes, et l’autre à des images plus positives pendant 10 minutes. Après le jeu vidéo, les deux groupes devaient plonger leurs mains dans de l’eau glacée. Résultats : le groupe de joueurs exposé à des images violentes était 65% plus résistant à la douleur que l’autre groupe, les rendant ainsi moins sensible au stress.

 

Cette étude confirme ainsi les principaux travaux de recherche sur l’impact des jurons. Certes ils augmentent légèrement l’agressivité, mais ils soulagent nettement la douleur de la même manière que le jeu vidéo grâce au processus de réponse « combat-fuite » du cerveau. Celui-ci engourdit les sens et réduit  la sensibilité à la douleur.

 

Les américains l’ont bien compris. Dans les hôpitaux du pays, les jeux vidéos violents sont devenus des anti-douleurs  pour les  jeunes brûlés lors des changements de pansement. En France, l’image des jeux vidéos est toujours négative.  Il faudra donc encore attendre quelques années pour que les jeux vidéos soient intégrés au sein  de nos hôpitaux.