depistagesida

 

 

 

 

Aujourd'hui,le  dépistage du VIH et de certains cancers ne peuvent se faire qu'à l'aide d'une prise de sang. Néanmoins, très souvent, le temps d'attente est long, et la précision n’est pas toujours suffisante, nécessitant ainsi d’autres examens plus longs et surtout plus coûteux.Mais tout ça pourrait bientôt changer. 


Des nanoparticules d’or pour un dépistage à l’oeil nu ...

Une équipe de chercheurs anglais vient en effet de découvrir un nouveau test utilisant des nanoparticules d’or qui permettrait ainsi de diagnostiquer à l’oeil nu, le début d’une infection au VIH ou d’un cancer de la prostate. A l’instar d’un test de grossesse, le détecteur change de couleur en repérant la présence de marqueurs. Si le sérum contenu dans le sang analysé contient les signes d’une maladie, il vire au bleu. En l’absence de signes pathologiques, il devient rouge. 

Plus fiable, économique et prometteur ...

Ce test serait jusqu’à dix fois plus sensible que les processus de dépistage utilisés actuellement par les laboratoires spécialisés. Par ailleurs, sa conception coûterait aussi dix fois moins cher que les procédés actuels. Une avancée considérable, notamment pour les pays les plus touchés où le nombre de séropositifs continue sa progression(Roumanie, Ukraine, Russie).Mais ce n’est pas tout: en effet, on nous apprend également qu'il aussi faciliter le dépistage précoce d’autres infections et maladies. Nul doute que ces travaux seront suivis de près par les milieux médicaux.

Les limites du détecteur à nanoparticules d’or ...

Dans l’état actuel des recherches scientifiques, le détecteur ne donne pas de précisions sur la quantité de marqueurs trouvés dans le sang. Il indique simplement s’il y en a ou pas et ceci même en quantité infinitésimale. 

Les chercheurs britanniques doivent donc maintenant élargir leur travail et le valider, en testant le détecteur sur un grand nombre de patients dans les pays du tiers monde (en collaboration avec les ONG).