supermarche_choix_floutee

L’université de Santiago de Compostelle vient de trouver une nouvelle astuce minceur pour toutes les femmes soucieuses de garder la ligne : lire les étiquettes alimentaires. Ainsi les femmes qui prêteraient plus attention à la constitution des aliments avant de les acheter,  auraient moins de problèmes de poids .

 

Toutes  les femmes  occidentales sont concernées

Dans cette étude publiée dans le journal Agricultural Economics, on a étudié le comportement de femmes américaines (plus de  25 640 interrogées) , mais pour les chercheurs,  ce phénomène serait universel et s’appliquerait ainsi à toutes les personnes issues de pays industrialisés.

 Les femmes occidentales seraient ainsi plus de 74% à surveiller la composition de leurs étiquettes, tandis que les hommes ne seraient que 58% . Si lire les étiquettes aurait un impact sur l’indice de masse corporelle des lectrices d’étiquette, pour les hommes, la différence serait minime.

 

Des différences hommes/femmes

L’indice de masse corporelle des « lectrices d’étiquettes » serait de 1,49 point inférieur que le reste des femmes tandis que pour les hommes , seul un petit écart de 0,12 points séparerait  les « lecteurs » d’étiquettes et ceux qui ne les lisent pas.

 Mais pour les chercheurs, la prise de conscience des aliments  serait également liée au milieu social et économique du consommateur. Les personnes en milieu urbain, et d’un niveau scolaire supérieur, seraient ainsi beaucoup plus sensibles à la composition de leurs aliments avant de les acheter. Les espaces urbains sont plus exposés à la publicité minceur et aux messages de prévention, ce qui explique leur intérêt pour la nourriture saine.

 

Des étiquettes plus lisibles bientôt disponibles

 De nombreuses organisations pensent d’ores et déjà à utiliser cette étude dans la prévention de l’obésité. Des étiquettes avec une écriture plus lisibles sur chaque produit commercialisé devraient donc bientôt voir le jour sur le marché français….