shutterstock_94194136

Téléphone, e-mail ou réseaux sociaux, les français  disposent d’un nombre infini de moyens de communication. Pour autant, d’après une récente étude scientifique, 11% des français souffriraient d’isolement. Entre rupture familiale et malaise professionnel, les vieilles valeurs traditionnelles ne semblent plus faire le poids…

Le revers de l'hypercommunication

En 2010, les chercheurs en comptaient 4 millions. Néanmoins, en l’espace de deux ans, le nombre de français souffrant de solitude est passé de quatre millions à cinq millions. De quoi s’interroger sur la réelle utilité des nouveaux moyens de communications. Facebok, Twitter, Skype , smartphones, ils sont de plus en présents dans nos vies quotidiennes et sont supposés faciliter, voire améliorer la communication avec nos proches. Néanmoins, depuis  l’explosion des réseaux sociaux, les chercheurs n’ont noté aucun changement notable sur nos relations. Pire encore, d’après un récent sondage  TNS Sofres 11% des Français déclaraient se sentir seuls, soit presque autant qu’avant l’introduction des nouveaux moyens de communication.

Si les personnes sont généralement les plus concernées, les jeunes de moins de 25 ans, seraient eux aussi, de plus en plus victimes de la solitude. Parmi les causes les plus fréquemment invoquées, les répondants citent  en premier la rupture familiale. Loin du modèle italien du sud, les rencontres familiales des français se résument  à de simples rencontrent annuelles. Les véritables échanges sont donc minimisés au profit d’une hyper communication froide et distante.

Des femmes plus sévères

 Perte du conjoint, ou divorce , certaines étapes de la vie sont plus procipes à la solitude. Les 35-49 ans seraient ainsi particulièrement concernés. Les femmes notamment seraient plus   isolées (40%)que les hommes divorcés (28%). Après la rupture, les femmes qui sont souvent à l’origine de la demande du divorce, deviennent plus exigeantes .

Un open space pas si open que ça

Outre le divorce ou la rupture familiale, la perte de l’emploi ou la retraite anticipée est généralement mal vécue .Par honte, les français et plus particulièrement les hommes , s’isolent pour cacher leur inactivité. La famille, les amis ou les voisins sont évités pour garder bonne figure. Mais même avec un emploi en poche, les travailleurs français se renferment sur eux-mêmes. Malgré la généralisation des open space, ils seraient ainsi seulement 20% à développer une relation sociale avec leurs collègues.