inquietude-intelligence

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes souvent inquiets , voire un peu trop ? Eh bien arrêtez ! Car d’après les chercheurs du centre médical de Downstate , « trop »s’inquiéter ou  trop cogiter serait en fait un signe d’intelligence.

Intelligence et inquiétude :un lien étroit

 Alors que l’inquiétude est souvent perçue comme  une faiblesse, pour les chercheurs, il y aurait en fait un lien particulièrement étroit entre l’intelligence et l’inquiétude. L’inquiétude pourrait ainsi nous sauver de situations dangereuses, quelles soient proches ou éloignées.

Les grands inquiets seraient ainsi plus prudents et auraient alors de plus grandes chances de survie. Mais si les chercheurs du Centre Médical de  Downstate affirment avec certitude que  l’inquiétude serait bien un signe d’intelligence, pour d’autres, l’inquiétude  serait bien plus complexe qu’on ne le croit.

Des avis divergents

En effet, des études parallèles ont également démontré qu’un QI élevé pouvait également être associé à  un faible degré d’inquiétude, mais qu’en cas de troubles de l’anxiété, un niveau d’intelligence élevé pouvait également être associé à un  fort degré d’inquiétude.

En 2009, des chercheurs suédois indiquaient que l’inquiétude excessive était présente  autant chez les personnes à faible ou haut QI, et enfin, moins communes chez les personnes « moyennement » intelligentes. Ainsi l’hypothèse principale des chercheurs voudrait que l’inquiétude  excessive chez les plus intelligents soit l’objet d’une protection contre tout danger extérieur, tandis que l’inquiétude chez une personne à faible QI , serait plutôt un signe d’échec dans la vie d’une personne.

Les études sur l’intelligence et l’inquiétude restent encore très floues pour pouvoir déterminer si ces deux concepts sont bien liés. Il faudra alors probablement attendre l’arrivé d’études supplémentaires , mais surtout concordantes , pour pouvoir émettre une hypothèse claire et cohérente.